8A, Chemin de Castelviel – 31180 Rouffiac-Tolosan 07 81 18 59 57 nathaliepaasgmail.com Mon LikedIn
La prévention du suicide
Article Psychologie
Oser parler de ses pensées suicidaires, d’être passé(e) à l’acte ou d’avoir dans son entourage plus ou moins proche quelqu’un qui s’est suicidé, reste encore difficile à aborder sur la scène sociale, tant ce sujet génère de l’angoisse indicible, et de l’incompréhension majeure.

A cela s’ajoutent les croyances populaires qui ont la dent dure, puisqu’il n’est pas rare d’entendre encore aujourd’hui, que les personnes « menaçant » se suicider ou sous-entendant vouloir le faire, passent rarement à l’acte. Bien sûr cette assertion est fausse.

De même notre société relaie dans les médias, plus aisément le suicide chez les jeunes, celui des professionnels commencent à être entendu (parfois reconnu), en revanche le suicide des personnes âgées aurait tendance à être relégué aux oubliettes...

Les facteurs en cause dans la crise suicidaire sont multiples. Les descriptions qui vont suivre sont informatives, elles sont loin de rendre compte de la complexité du vécu de la souffrance morale et/ou physique des suicidants, des suicidés et de leur entourage. Ces « classifications artificielles » ne sont pas exhaustives, ni à lire de façon linéaire car en réalité elles interagissent entre elles. Cependant elles permettent d’être plus attentifs aux signes avant-coureurs d’un passage à l’acte :

- Les facteurs primaires regroupent les antécédents psychiatriques (dépression, trouble de l’humeur...), les antécédents de suicide (personnels, familiaux), les verbalisations ou les comportements exprimant l’intention de passer à l’acte, la personnalité du sujet notamment l’impulsivité...

- Les facteurs secondaires sont essentiellement les évènements de vie (les pertes précoces, les abus, la maltraitance), l’isolement social.

- Les facteurs tertiaires sont liés au genre et à l’âge, ainsi qu’aux périodes de vulnérabilité au cours de la vie. Ils interagissent avec les facteurs primaires et secondaires.

Il est donc important d’éviter de chercher à résoudre le problème seul.

En tant que psychologue, je m’inscris dans une prise en soins pluridisciplinaire et je vous propose une thérapie complémentaire ou alternative en travaillant sur le sens de la vie, le renforcement des liens sociaux, les représentations et les croyances sur soi, sur autrui, sur le monde...

Dans un climat de confiance et une approche bienveillante, empathique, en respectant votre temps psychologique, il sera possible de renouer un dialogue avec vous, mais aussi avec votre entourage.

Nathalie PAAS




Voir tous les articles Me contacter


Mentions Légales